Sumer

3300 avant JC

«L’Histoire commence à Sumer»

« L’Histoire commence à Sumer » selon la formule célèbre de l’historien américain Samuel Noah Kramer.

Située au sud de l’Irak actuel, Sumer est une région de l’antique Mésopotamie. Cette région du Moyen-Orient, très ensoleillée et manquant de pluies, doit son nom au fait qu’elle est traversée par deux grands fleuves, le Tigre et l’Euphrate. Ils ont attiré très tôt de nombreuses communautés humaines et favorisé le développement de l’agriculture.

Ourouk, première cité-État

Vers 3 300 av. J.-C., se produit la révolution urbaine avec l’apparition, dans la région de Sumer, de nombreuses cités avec une organisation sociale hiérarchisée, dominée par un roi-prêtre. Ces communautés pratiquent le culte de la déesse de la fécondité.

tablette d'écriture cunéiforme, 2300 avant JC (musée d'Alep)L’une des plus prestigieuses de ces cités-États est Ourouk (en anglais Uruk, Érek dans la Bible, aujourd’hui Warka). Peuplée à son apogée de plusieurs dizaines de milliers d’habitants, elle a engendré la légende épique du roi-héros Gilgamesh.

Ourouk est aussi à l’origine de la première écriture de l’histoire humaine. Il s’agit de signes gravés avec la pointe d’un roseau sur des tablettes d’argile humides qui sont ensuite séchées au soleil ou cuites au four. Ces signes sont en forme de clous ou de coins d’où le qualificatif de cunéiforme donné à cette écriture (d’après le latin cuneus, qui signifie coin).

Our, la cité d’Abraham

Sur les bords de l’Euphrate se développe au cours du millénaire suivant, la cité d’Our. De cette cité serait originaire Abraham, à l’origine du peuple hébreu.

La nécropole d’Our témoigne de la grandeur de la civilisation sumérienne. Avec environ 2 000 tombes dont beaucoup richement meublées et décorées, elle est contemporaine des pyramides d’ Égypte (2700 à 2500 av. J.-C.).

L'étendard d'Our, dit panneau de la paix (nécropole d'Our, vers 2500 avant JC)

Nous avons conservé de l’époque sumérienne de nombreux cylindres-sceaux, des milliers de tablettes d’argile recouvertes de caractères cunéiformes et bien sûr d’innombrables oeuvres d’art : représentations de dieux et de rois. Elles témoignent des avancées exceptionnelles de cette première civilisation en matière intellectuelle et technologique.

Ainsi la production textile prend-elle son essor jusqu’à atteindre des dimensions industrielles. En agriculture, vers 3 000 av. J.-C., les paysans inventent l’irrigation et aussi l’araire à semoir. À la même époque apparaissent les premières roues dévoluent au transport (jusque-là, le principe de la roue était seulement appliqué aux tours de potier !).

Les apports de Sumer s’étendent à l’astronomie et au calcul. Bénéficiant d’un ciel très pur, les habitants de la région ont pris le temps d’observer les astres. Ils sont devenus très férus d’astronomie et nous leur devons la division sexagésimale du temps et du cercle : 60 minutes dans une heure, 24 heures dans une journée, 360 degrés dans un cercle.

Déclin et renaissance de Sumer

Adorant du dieu Abu (gypse, yeux en lapis lazzuli, Eshnunna (aujourd'hui Tell Asmar), vers 2750 av.J.-C., musée de Bagdad)Grâce à l’écriture, les chefs des cités sumériennes transmettent plus facilement leurs ordres à leurs soldats et à leurs adjoints.

Personne ne peut faire mine d’ignorer ces ordres. L’autorité des chefs s’accroît et conduit à la naissance de véritables États avec une administration efficace et des sujets obéissants.

Pendant le IIIe millénaire av. J.-C., les cités-États de Sumer ne cessent de se combattre entre elles un peu comme les républiques urbaines de l’Italie de la Renaissance. Ces rivalités vont causer leur chute.

Vers 2300 av. J.-C., la région de Sumer est soumise par un conquérant venu du pays d’Akkad, au nord de la Mésopotamie. Il s’agit de Sargon 1er, roi d’Agadé.

Le déclin rapide de la dynastie akkadienne entraîne une renaissance des cités sumériennes, à commencer par Our. L’une des principales rivales d’Our est Lagash, dont le prince le plus célèbre est Goudéa.

Nous en avons gardé de nombreuses et belles représentations en calcite.

Grâce aux réseaux d’irrigation, la paysannerie obtient des surplus importants qui permettent de nourrir de nombreux citadins. De la sorte, les plus grandes des cités sumériennes atteignent jusqu’à 40 000 habitants, à une époque où la population totale de la planète n’excède pas quelques dizaines de millions d’hommes.

Au tournant du IIIe millénaire au IIe millénaire, après l’an 2 000 av. J.-C., ces cités vont laisser place à une cité de Mésopotamie centrale promise à la plus glorieuse des destinées : Babylone.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s